Apprendre
de
ses
échecs :
Adam
Ondra
tente
un
9a
Ă 
Cueva
Negra,
Montanejos

06/2024

Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111130522

@Petr Chodura

Petr Chodura

Adam Ondra

Pour beaucoup, Adam Ondra est un grimpeur qui réussit tout ce qu’il entreprend. Son extraordinaire talent, qui ferait passer les voies les plus difficiles pour des promenades de santé, lui a valu de nombreuses prouesses. Pourtant, même Adam Ondra connaît des échecs. La façon dont il a géré sa tentative du 9a à la Cueva Negra à Montanejos offre une belle leçon d’honnêteté, envers l’escalade et envers soi-même.

J’aime considérer l’escalade comme un jeu très simple en termes de résultats. On grimpe ou on ne grimpe pas. On tombe ou on ne tombe pas. Tu auras beau dire : « j’y étais presque», au fond de toi, tu sais que ce qui compte, c’est enchaîner la voie ou résoudre les problèmes de bloc. Ce n’est pas comme d’autres activités, où le jugement est souvent plus subjectif. Malheureusement, même en escalade, les choses ne sont pas aussi simples que je le voudrais. 

Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111130421 web
Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111122737

Sans surprise, c’est en escalade alpine que la façon dont tu as grimpé est souvent plus importante que d’avoir gravi ou non la montagne. L’escalade sportive ou l’escalade de bloc sont généralement beaucoup plus claires, mais de nombreux dilemmes éthiques rendent le verdict plus difficile.  

L’escalade de bloc est probablement plus claire parce qu’elle est pure et simple quand on parle d’équipement. Les chaussons d’escalade suffisent pour grimper. Le moindre contact avec le sol, le pareur ou les prises voisines invalide la tentative. Mais que fait-on quand le T-shirt ample ou les cheveux longs touchent le sol ? La plupart des grimpeurs seraient probablement d’accord pour dire que ça ne compte pas. Mais pas tous. 

L’escalade sportive entraîne davantage de dilemmes et certains d’entre eux sont encore plus confus. Je ne parlerai pas des plus évidents comme les genouillères (avec des livres) et le pré-mousquetonnage. Certaines voies pourraient être éliminées et certaines prises légèrement en dehors de la ligne peuvent être invalidées pour la voie que tu travailles. Il y a relativement peu de débat autour la question de la descente une fois les premières dégaines clippées. Cette technique est tout à fait acceptée dans plusieurs pays, mais elle peut conduire à des pratiques bizarres comme descendre 20 mètres sur un terrain plus facile pour ensuite grimper la plus grande partie de la voie en moulinette. Pour moi, une fois que tu as quitté le sol, tu ne devrais jamais faire marche arrière, mais tu peux toujours faire marche arrière jusqu’à une vire. Et si la vire est à 30 cm du sol ? Ça ne me pose pas de problème. 

« C’est
important
d’être
honnĂŞte,
surtout
avec
soi-mĂŞme,
mĂŞme
quand
la
pilule
est
difficile
Ă 
avaler. »

Adam Ondra

Récemment, j’ai essayé d’escalader un 9a à Montanejos, en Espagne. Mon essai se passait très bien, j’étais juste en dessous du crux. J’utilisais un pincement de genoux marginal pour me reposer et vérifier la séquence de mouvements pour le passage du crux. Juste avant de repartir, j’ai cassé le bord du petit tuf à l’endroit où se trouvait mon genou, ce qui a envoyé mes pieds dans les airs. Je me tenais toujours avec les mains, je ne suis donc pas tombé. Mais mon pied s’est légèrement emmêlé dans la corde, ce qui a stoppé le balancement de mon corps. Je suis sûr que je ne tomberais jamais dans cette situation si je n’avais pas de corde, bien que je devrais supporter un balancement plus fort, qui serait un peu plus fatigant. Ce n’était pas une erreur de l’assureur car il y avait suffisamment de mou dans la corde, et la tension dans les 6 mousquetons était suffisante pour m’aider un peu. Je suis presque sûr que si ça arrivait en compétition (dans ce cas, je ne casserais probablement pas la prise, mais par exemple, si mon pied glissait), les juges me laisseraient continuer à grimper et il n’y aurait pas de problème.  

Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111130549 web
Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111140942 web
Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111140155 web

Il était évident que je devais m’arrêter là, même si c’était le rocher qui avait lâché. Je ne serais pas tombé si la corde n’avait pas été là, mais la question est la suivante : « ai-je reçu de l’aide ? », et la réponse est : « oui, pendant une demi-seconde ». C’est important d’être honnête, surtout avec soi-même, même quand la pilule est difficile à avaler. Il arrive qu’il y ait trop de tirage pour effectuer certains mouvements dynamiques, parce qu’ils entraînent un balancement rendant plus difficile la prise, mais la tension de la corde elle-même élimine ce balancement. 

Au final, c’est une bonne chose qu’il n’y ait pas de juges en escalade. Bien sûr, on peut facilement tricher, mais ça permet d’apprendre à être juste et honnête. Du moins sur le long terme. C’est comme ça que je vois les choses. C’est toujours mieux de faire preuve d’honnêteté, même si, sur le coup, ce n’est pas si simple. Il est important de saisir chaque occasion d’apprendre pour que la prochaine fois que l’on grimpe, on ne cède pas à la mauvaise foi. 

DĂ©couvrir le profil de Adam

Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111140613 web
Petr Chodura, Montanejos, Spain, 231111125918 (1)

L’équipement favori d’Adam