Christoph
sur
les
changements
au
Konkordiaplatz

Un homme descend les escaliers

Dehors, des vents incessants balaient le glacier en hurlant. À la Konkordiaplatz, les conditions peuvent ĂȘtre impitoyables, mais Ă  l’intĂ©rieur du refuge Konkordia, les hĂŽtes rient et jouent aux cartes au chaud. Des visages amicaux entourent Christoph Sager, un homme humble et respectĂ©. IntriguĂ©s par l’histoire ancienne de ce refuge, nous avons discutĂ© avec lui de la gestion de ce haut lieu en sirotant une biĂšre — une rĂ©compense apprĂ©ciĂ©e aprĂšs une longue journĂ©e d’ascension.

Maison sur le glacier d'Aletsch pour Ensemble pour les glaciers.
Together for Glaciers: Changes at the Konkordia Hut

Avec la fonte du glacier, l'accĂšs au refuge est devenu de plus difficile au fil de temps. Comment gĂšres-tu l'infrastructure pour permettre aux gens de continuer Ă  en profiter?


Profil de Christoph Sager.
Christoph SagerGardien de refuge

Le premier refuge Konkordia a Ă©tĂ© construit en 1877 Ă  50 mĂštres au-dessus du glacier, mais aujourd’hui, il domine la Konkordiaplatz d’environ 200 mĂštres. Le CAS Section Grindelwald Ɠuvre sans relĂąche pour garder le refuge accessible, en remplaçant les Ă©chelles par des escaliers en acier dans les annĂ©es 70, et fait face Ă  de nombreuses difficultĂ©s. Cet Ă©tĂ©, il a dĂ» dĂ©placer l’escalier entier Ă  cause des chutes de pierres et des faces rocheuses verticales. Mais si l’épaisseur du glacier continue Ă  diminuer d’un mĂštre par an en moyenne, ce lieu devra probablement ĂȘtre abandonnĂ©.

«
En
1877,
on
quittait
la
glace
et
on
atteignait
le
refuge.
DĂ©sormais,
il
faut
faire
467
pas.
»

Tu as vĂ©cu au refuge pendant quelques annĂ©es avec ta famille. Peux-tu nous raconter ton quotidien ici et ce qu’implique le gardiennage ?


Profil de Christoph Sager.
Christoph SagerGardien de refuge

Nous avons vĂ©cu au refuge Konkordia neuf ans au total. DĂšs l’ñge scolaire, il y avait un professeur pour chacun de nos trois enfants dans l’équipe et deux ou trois aide-gardiens. Avec 155 lits, il fallait jongler entre les pĂ©riodes creuses et pleines Ă  cause des changements d’accĂšs au cours des diffĂ©rentes saisons. L’improvisation et la flexibilitĂ© Ă©taient donc des qualitĂ©s essentielles, et c’est justement ce que nous aimions dans ce dĂ©fi. Les tĂąches d’un gardien sont quasiment illimitĂ©es. Cela va de la gestion d’un grand foyer aux problĂšmes techniques de toutes sortes, en passant par les actes mĂ©dicaux.

Que ressens-tu en tant que témoin direct des changements du glacier ?


Profil de Christoph Sager.
Christoph SagerGardien de refuge

En tant que gardien du refuge Konkordia, j’ai pu constater l’évolution trĂšs clairement. Le retrait du glacier et la sĂ©curisation de l’ascension jusqu’au refuge sont des dĂ©fis qui pimentent mon quotidien. Les glaciers sont magnifiques et fascinants Ă  regarder, c’est comme si le temps se dĂ©roulaient devant vos yeux. J’ai dĂ©jĂ  trouvĂ© dans des falaises abruptes des coquillages fossilisĂ©s vieux de plusieurs milliers ou millions d’annĂ©es — un Ă©chantillon authentique de l’histoire de la Terre. Tout cela continue Ă  me remplir d’admiration et de respect profond pour le glacier.